Le « paradoxe » du barbier



Un village ne compte qu’un barbier. Une enseigne à la devanture de sa boutique annonce ceci : «Je rase tous les hommes qui ne se rasent pas eux-mêmes et uniquement ceux-là.»

La question est : qui rase le barbier dans ce cas? S’il se rase lui-même, il ne suit pas son propre règlement de ne raser que les hommes qui ne se rasent pas eux-mêmes.

Alors on a le choix : le barbier est un menteur, le barbier est une femme, le barbier est un garçon pré-pubère, le barbier est imberbe, le barbier est Dieu, le barbier est un robot, le barbier n’existe pas, qu’est-ce qu’un barbier? Qu’est-ce qu’une barbe ?

A moins qu’un des hommes « qui ne se rasent pas eux-mêmes » vienne raser le barbier ?

Étiquettes : , ,

Non, c’est non !Non, c’est non !



C’est quand même un sujet qui m’interpelle ! Car si se faire appeler « salope  » ou recevoir une invitation directe genre « Tu suces  » ou  » On va à l’hôtel  » est pour moi une incivilité sexiste, je ne voyais pas les sifflements, les klaxons, les sourires, les « bonjour  » et

Le projet XLe projet X



-Fils, on te laisse seul, on va à Lareine Merline . -Oui papa, pas de problème, je vais sortir voir les copains…. Deux heures après, retour à la maison … Il parti seul, ils revinrent à 14 !!!! Projet X à la maison : plus d’amandes dans le bahut, juste les coques