Premier souvenir



Je vois la lumière, c’est une première. Autour de moi, une couleur apparait, que je ne connais pas encore. Mon corps subit des pressions, des transformations. Je ne comprends pas, mais ne me pose pas de questions.

Des experts nous disent que le cerveau n’a pas de souvenirs de nos deux premières années. Quelle erreur.

Je dis, j’affirme et je ne bougerais pas d’un iota jusqu’à ma mort : Je me rappelle de l’instant d’avant ma naissance.

Je n’ai rien compris sur le coup, impossible réflexion, mais j’ai retenu la couleur orange qui m’enveloppait, puis une lumière blanche, le fait que je me sentais étirer et surtout que je ne comprenais pas ce qui m’arrivait, qu’il n’y avait pas de question. Juste un ?, une incompréhension, mais pas de question car je n’avais pas de langage.

Je me rappelle aussi que, avant mes deux ans, quand ma famille me parlait, je ne comprenais rien, j’entendais des mots répétitifs, et j’essayais de savoir quelle était leurs significations. Suivant le contexte de la phrase, je comprenais plus ou moins facilement le sens du mot.

Et j’apprenais.